22 Saviez-vous que … 6 septembre 2019

22     L’affaire Gecewicz-Allard 3

« Vous ne ferez jamais l’affaire dans le Collège … »  Voilà, tels que déjà cités, les mots du recteur intérimaire G.-L. Damphousse à la professeure Gecewicz le 21 mars 1975 vers 9h40, en présence de John Beaver, président de l’AP de l’Université du Manitoba.

Devant ses collègues de l’AP le 25 mars 1975, la professeure Gecewicz a présenté son texte, accompagné de ses propres commentaires ou questions.  Elle demande ouvertement si, possiblement, elle ne « fera jamais l’affaire dans le Collège » parce qu’elle a représenté l’AP au comité de négociations, qu’elle a questionné la sagesse et l’efficacité d’incorporer des cours du domaine communautaire dans le programme universitaire, qu’elle a demandé que les professeurs soient représentés au sein d’un comité qui examinerait les candidatures au poste de doyen …  De nombreuses traces restent, laissant voir que les inquiétudes de la professeure Gecewicz étaient très bien fondées.  En voici quelques autres exemples parmi bien d’autres. 

Le 17 septembre 1974, elle appuyait une proposition du professeur Allard : « Qu’un comité adhoc soit formé pour étudier les avantages et désavantages de former un syndicat. ».  Donc Allard aurait été coupable des mêmes péchés que Gecewicz, à peine 2 semaines après leur début commun dans des postes menant à la permanence …

Le 19 novembre 1974, Allard propose que « L’Association estime qu’elle a un rôle à jouer dans le choix d’un nouveau doyen. » ; adoptée par l’AP.  Le 11 décembre, Allard est, avec Jean-Louis Rocan et Gérald Labossière, auteur d’une description de tâches de doyen, qui est discutée par l’AP le 11 février 1975, avec proposition de Gecewicz quant au suivi.  Elle propose notamment que le comité de nomination du futur doyen doit inclure des membres nommés par l’AP (proposition adoptée à l’unanimité).

Revenant au 6 décembre 1974, en Assemblée universitaire (précurseur du Sénat), Allard propose « Qu’un comité conjoint permanent, composé de membres de l’Assemblée universitaire et du Conseil d’administration, soit mis sur pied en vue d’étudier les modalités d’obtention de la permanence des professeurs du CUSB. ».  Cette proposition est adoptée à 8 pour, 7 contre et 6 abstentions.  Hmmm …

Le 14 février 1975, l’AP adopte une proposition Allard-Gecewicz au fait de demander une secrétaire affectée uniquement aux travaux des professeurs et que ceux-ci n’aient pas à passer par le Recteur.  Quelle arrogance, quelle impudence, quel manque de respect !  Et pourtant …

Prochain thème : l’affaire Gecewicz-Allard 4.

Rolland Gaudet, scribe

2019-09-06

L’homme est à son meilleur lorsqu’il atteint le sérieux d’un enfant au jeu. Héraclite (6e siècle avant J.C.)