24 Saviez-vous que … 4 octobre 2019

24     Les rangs universitaires

La notion de rang universitaire n’aurait pas pu coexister avec les valeurs institutionnelles il y a 50 ans.  La première entente collective, dénotée conditions d’emploi, formalisait probablement la pratique au Collège à cette époque, pratique qui aurait été empruntée du système scolaire.  Il y avait ainsi 3 catégories d’emploi, en fonction de la diplomation (1 bac, 2 bacs, 1 bac et une maîtrise).  Aucune catégorie existait pour les professeurs détenteurs de doctorat, dont il n’y en avait aucun.

Le service à la collectivité et la recherche ne faisaient pas partie des tâches des professeurs universitaires, qui avaient cependant la même tâche d’enseignement qu’aujourd’hui.

Lors de la ronde de négociations de 1973-1975, on parle du doctorat pour la première fois et on crée une catégorie IV pour ces professeurs, qui négocient individuellement leurs salaires. 

Lors de la 6ième ronde de négociations, celle de 1977-1980, on introduit enfin les rangs universitaires, avec les noms usuels.

La première difficulté surgit : il faut déterminer où placer les professeurs déjà en poste.  Or, voici la procédure utilisée, telle quelle.  « Un comité ad hoc, composé du recteur, du doyen [ou du directeur de l’Institut], de deux (2) membres élus par l’Association et du professeur impliqué, déterminera la première attribution du rang académique de chaque professeur.  Toute décision du comité devra être unanime. »  Curieux.  Si l’unanimité n’est pas atteinte, on forme un deuxième comité, 2 + 2 + 1, qui tranche par majorité simple.  Toujours curieux.

Un article qui laisse prévoir qu’il y aurait des problèmes : « L’introduction des rangs académiques au Collège ne peut donner lieu à une diminution de traitement. … D’autre part, un professeur ne peut voir son traitement augmenter d’un montant qui excède les normes prévues par la Commission de lutte contre l’inflation. ».  Tout était cuit, avec effet permanent.  C’est-à-dire, si on t’a fourré avant, on va continuer à le faire, pour l’éternité.

Pour les promotions dans les années à venir, il est prévu un comité de promotion.  « Le comité sera composé des personnes suivantes : le doyen ou directeur de l’Institut ; deux (2) membres nommés par le recteur ; deux (2) membres nommés par l’Association.  Le doyen ou le directeur de l’Institut en sera le président et n’aura droit de vote qu’en cas d’égalité. »  Autre exemple de Tour de Pise. 

Prochain thème : les rangs universitaires (suite).

Rolland Gaudet, scribe

2019-10-04

Patience !  Avec le temps, l’herbe devient du lait. Proverbe chinois